Facteurs et mécanismes de l’asymétrie de pouvoir dans les partenariats de recherche en santé mondiale

Par Patrick Gogognon

L’asymétrie de pouvoir dans les partenariats de recherche en santé mondiale constitue un enjeu de justice et d’équité pour les institutions de recherche, les chercheurs et les communautés en particulier dans les pays en développement. Alors que l’asymétrie de pouvoir est largement discutée dans la littérature, ce phénomène reste encore étudié au plan théorique et peu de données empiriques sont disponibles particulièrement dans les pays en développement. Cette étude a donc pour objectifs d’identifier les facteurs et les mécanismes de l’asymétrie de pouvoir dans la recherche en santé mondiale dans la perspective des chercheurs dans un pays du sud.

Nous avons mené une étude qualitative auprès de 19 chercheurs en santé en Côte d’Ivoire. Des entrevues semi-dirigées ont été réalisées pour évaluer leur perception sur les facteurs qui influencent l’asymétrie de pouvoir et les mécanismes par lesquels ils opèrent. Deux thèmes principaux émergent de l’analyse des données : 1/ les défis du financement des partenariats de recherche; 2/ la complexité des relations interpersonnelles dans les partenariats.

Ces résultats montrent que la pression sur l’accès aux ressources contribue à détériorer les conditions dans lesquelles les partenariats sont mis en œuvre. Par ailleurs l’environnement institutionnel des recherches évoque des liens de subordination qui font peser des risques sur l’autonomie des jeunes chercheurs et l’intégrité de leurs travaux.

Nous recommandons une analyse approfondie de l’environnement dans lequel ces partenariats sont mis en œuvre notamment sur les dimensions de reddition des comptes, d’imputabilité et d’intégrité des recherches.

Mots-clés: Rapports de pouvoir, partenariats, santé mondiale, méthodologie qualitative