L’exécutif de l’AÉBiUM 2016-2017

PRÉSIDENT

Charles Marsan

charles_marsan

 

Charles est titulaire d’un baccalauréat en biologie de l’UQAM et d’un doctorat en médecine vétérinaire de l’Université de Montréal. Il a pratiqué la médecine et la chirurgie vétérinaires pendant quinze ans chez les animaux de compagnie, les chevaux et bovins au Québec. Il a réalisé une maîtrise en bioéthique à l’Université de Montréal (2012) sur les enjeux soulevés par les conflit d’intérêts dans la pratique vétérinaire. Il effectue actuellement un doctorat en sciences biomédicales (option bioéthique), sous la direction de Bryn Williams-Jones, en s’intéressant à la perception des conflits d’intérêts chez divers types de membres de l’Université de Montréal, dans le but de concevoir des outils de formation éthique adaptés aux divers contextes dans l’académie. Président de l’AÉBiUM pour un second mandat, il est également secrétaire et webmestre de l’association québécoise en éthique clinique AQEC.ca et éditeur de la section multimédium pour la revue BioethiqueOnline.ca.

VICE-PRÉSIDENTES

Virginie Manus, VP aux affaires académiques

virginie

Virginie est titulaire d’un baccalauréat en communication-marketing obtenu en France en 2009 et poursuit actuellement une maîtrise en bioéthique au sein de l’École de Santé Publique de l’Université de Montréal, sous la direction de Bryn Williams-Jones, après y avoir complété un microprogramme en 2016. Ses intérêts portent sur les enjeux éthiques liés aux politiques de santé qu’elle conjugue avec son expérience professionnelle de conseillère en communication et gestionnaire de projets auprès d’acteurs et de structures de santé (institutions de santé publique, fondations, instituts de recherche, ONG, organismes de bienfaisance, associations de patients, sociétés savantes). Préoccupée par la place du « citoyen-patient » au sein du système de santé, elle s’intéresse plus particulièrement à la démocratisation du savoir scientifique, aux méthodes de transfert de connaissances et de vulgarisation grand public. Elle accorde également une grande importance à l’utilisation des arts en milieux de santé.

TRÉSORIER

Stanislav Birko

stas1

Stanislav est titulaire d’un baccalauréat en mathématiques et philosophie et réalise actuellement une maîtrise en bioéthique à l’Université de Montréal sous la direction de Dre. Ravitsky. Dans les dernières années, il a travaillé sur des projets portant sur la santé publique et environnementale au sein de l’IRSPUM, de l’Unité SRAP (Stratégie de recherche axée sur le patient) du Québec, du Centre de Génomique et Politique (CGP) de McGill ainsi que de l’équipe de recherche pan-Canadienne ‘Watershed Metagenomics’. Il est intéressé par les innovations en méthodes mixtes et a participé dans la coordination de plusieurs études Delphi ainsi qu’autres types de sondage. Actuellement, sa recherche porte sur les attitudes des différents publics Canadiens au sujet de l’implantation du dépistage prénatal non-invasif (NIPT). Les grands thèmes technoscientifiques de l’expertise et du ‘citizen science’ resurfacent dans la plupart de sa recherche.

ADMINISTRATRICES

Alexandra Fortin

photo-aebium-alexandra-fortin

Alexandra est titulaire d’un baccalauréat en soins infirmiers obtenu à l’Université McGill. Depuis trois ans, elle travaille comme infirmière à l’urgence de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. Dans le cadre de sa pratique, elle a fait face à plusieurs situations qui l’ont sensibilisé à l’éthique clinique en soins critiques. Elle a observé la difficulté des professionnels de la santé à aborder des dilemmes éthiques en soins critiques, entre autres, car la charge de travail, l’état critique des patients ainsi que le roulement de la clientèle ne favorisent pas la présence d’un tel discours. C’est dans cette perspective de réflexions qu’elle poursuit actuellement ses études à l’Université de Montréal au microprogramme de bioéthique.

Cynthia Henriksen

img_0415

Ayant terminé ses études au baccalauréat bidisciplinaire en psychologie et sociologie à l’Université de Montréal (2016), Cynthia est actuellement étudiante à la maîtrise en bioéthique. La convergence de ses intérêts pour la recherche et les études du handicap l’a conduite à s’interroger sur le Programme québécois de dépistage prénatal de la trisomie 21. Sous la direction de Vardit Ravitsky, elle désire mettre en lumière les enjeux éthiques entourant les expériences vécues, dans le cadre du système de santé québécois, de parents ayant décidé de poursuivre la grossesse après un diagnostic positif d’une trisomie 21 chez leur enfant à naître.

Emmanuelle Jost

emmanuelle-profil

Emmanuelle est titulaire d’une maîtrise en Journalisme scientifique obtenue en France en 2009. Après 7 années passées dans le domaine de la valorisation et le financement de la recherche, elle a choisi d’intégrer le D.E.S.S en bioéthique de l’Université de Montréal afêtre mieux armée à l’égard des problématiques d’éthique auxquelles elle a pu faire face dans le cadre de sa pratique. En effet, elle a pu observer que les enjeux moraux et les impacts sociaux des recherches entreprises sont souvent négligés face aux progrès scientifiques qu’elles peuvent apporter. Elle souhaite donc réfléchir aux moyens de sensibiliser les acteurs de la recherche à ces enjeux éthiques trop souvent oubliés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s