La journée de la rentrée en bioéthique

Bonjour à tous,

L’AÉBiUM a le plaisir de vous inviter à la fameuse soirée de la rentrée en bioéthique 2016 qui se tiendra au Pavillon 7101 Parc à Montréal.

Mardi le 27 septembre 2016

Journal Club bioéthique

La rencontre aura lieu à midi dans la salle 3014-5

Les dérives de la privatisation du système de santé

Dossier de Presse : http://ccpsc.qc.ca/fr/node/1858

Écoutez la vidéo d’une allocution de Me Jean-Pierre Ménard sur le sujet.

Un court résumé sera présenté suite auquel aura lieu une discussion libre.

Suite à la rencontre, les participants se déplaceront à L’artère (vers 13 h 30).

Réflexion sur les enjeux éthiques liés à la population vieillissante et la fin de vie

À partir de 16 h se tiendra la deuxième rencontre du « Groupe de réflexion sur les enjeux éthiques liés à la population vieillissante et la fin de vie », organisée par Vardit Ravitsky dans la salle 3014-5 . Pour vous inscrire, écrivez à vardit.ravitsky@umontreal.ca.

Le souper de la rentrée 2016

À 18 h  dans l’Agora du 3e étage aura lieu la soirée que tous attendent.

Autour de vins et fromage, pâtés et crudités, ce party est l’endroit idéal pour rencontrer les nouveaux étudiants et avoir des échanges stimulants avec les mentors et professeurs.

Pour réserver votre place (gratuite), nous vous invitons à vous inscrire via le doodle :

http://doodle.com/poll/q346ny4wup2n5e52

Au plaisir de vous y retrouver en grand nombre.

L’exécutif de l’AÉBiUM

La journée de la rentrée en bioéthique

L’exécutif de l’AÉBiUM 2016-2017

PRÉSIDENT

Charles Marsan 

Charles_Marsan

 

 

 

 

 

 

Charles est titulaire d’un baccalauréat en biologie de l’UQAM et d’un doctorat en médecine vétérinaire de l’Université de Montréal. Il a pratiqué la médecine et la chirurgie vétérinaires pendant quinze ans chez les animaux de compagnie, les chevaux et bovins au Québec. Il a réalisé une maîtrise en bioéthique à l’Université de Montréal (2012) sur les enjeux soulevés par les conflit d’intérêts dans la pratique vétérinaire. Il effectue actuellement un doctorat en sciences biomédicales (option bioéthique), sous la direction de Bryn Williams-Jones, en s’intéressant à la perception des conflits d’intérêts chez divers types de membres de l’Université de Montréal, dans le but de concevoir des outils de formation éthique adaptés aux divers contextes dans l’académie. Président de l’AÉBiUM pour un second mandat, il est également secrétaire de l’association québécoise en éthique clinique AQEC.ca et éditeur de la section multimédium pour la revue BioethiqueOnline.ca.

VICE-PRÉSIDENTES

Virginie Manus, VP aux affaires académiques

virginie

Virginie est titulaire d’un baccalauréat en communication-marketing obtenu en France en 2009 et poursuit actuellement une maîtrise en bioéthique au sein de l’École de Santé Publique de l’Université de Montréal, sous la direction de Bryn Williams-Jones, après y avoir complété un microprogramme en 2016. Ses intérêts portent sur les enjeux éthiques liés aux politiques de santé qu’elle conjugue avec son expérience professionnelle de conseillère en communication et gestionnaire de projets auprès d’acteurs et de structures de santé (institutions de santé publique, fondations, instituts de recherche, ONG, organismes de bienfaisance, associations de patients, sociétés savantes). Préoccupée par la place du « citoyen-patient » au sein du système de santé, elle s’intéresse plus particulièrement à la démocratisation du savoir scientifique, aux méthodes de transfert de connaissances et de vulgarisation grand public. Elle accorde également une grande importance à l’utilisation des arts en milieux de santé.

Sophia R Halmos, VP à la vie étudiante

p1040923

Sophia est titulaire d’un B.A.A. (gestion des ressources humaines et de la performance – UQAM) et d’un Certificat en coaching d’affaire de Concordia. De plus, elle a réalisé une majeure en philosophie et sociologie (UQAM), une autre en neuropsychologie (UQAM/TELUQ) et un D.E.S.S. en santé mentale (TELUQ). Comprendre l’humain dans divers contextes devient le fil conducteur de son parcours académique. Elle a œuvré durant plus de 15 ans en tant que consultante en gestion auprès d’entreprises notamment pour Abitibi-Consolidated, Air Liquide, Bell Canada, Discret, General Electric, IBM, et Natrel. Sophia poursuit actuellement une maîtrise en bioéthique (UdeM), sous la direction de Bryn Williams-Jones, sur les enjeux éthiques de la transparence liés à l’usage de la propagande politique dans le contexte de privatisation du système de santé québécois. L’objectif consiste à définir l’organisation structurelle autant sociale qu’en santé pour identifier les facteurs propices à l’émergence du style de communication en politique. Ces travaux permettront de vérifier si l’usage de la propagande politique respecte les valeurs de la démocratie et de l’éthique.

TRÉSORIER

Stanislav Birko

stas1

Titulaire d’un baccalauréat en mathématiques et philosophie, Stanislav réalise actuellement une maîtrise en bioéthique à l’Université de Montréal sous la direction de Vardit Ravitsky. Au cours des dernières années, il a travaillé sur des projets en santé publique et environnementale au sein de l’IRSPUM, de l’Unité SRAP (Stratégie de recherche axée sur le patient) du Québec, du Centre de Génomique et Politique de McGill ainsi qu’avec l’équipe de recherche pancanadienne ‘Watershed Metagenomics’. Ayant participé à la coordination de plusieurs études Delphi ainsi que d’autres types de sondage, il s’intéresse aux innovations en méthodes mixtes. Ses travaux portent sur les attitudes des différents publics canadiens en regard de l’implantation du dépistage prénatal non invasif.

SECRÉTAIRE

Emmanuelle Jost

(bio et photo à venir)

ADMINISTRATEURS

Stéphanie Potvin

image1

Stéphanie Potvin est titulaire d’un baccalauréat en nutrition de l’Université Laval et d’une maîtrise en nutrition de l’Université de Montréal. Elle est membre active et engagée de l’Ordre Professionnel des Diététistes du Québec où elle agit comme présidente du comité sectoriel agroalimentaire et biopharmaceutique. Depuis 15 ans, Stéphanie pratique la nutrition dans divers milieux notamment en recherches cliniques et au sein de l’industrie agroalimentaire. Amenée régulièrement à réfléchir aux questions éthiques inhérentes à son champ de pratique, elle souhaite, au cours de ses études en bioéthique, se pencher sur les activités des diététistes qui œuvrent avec l’industrie.

Cynthia Henricksen

p1040932

Ayant terminé ses études au baccalauréat bidisciplinaire en psychologie et sociologie à l’Université de Montréal (2016), Cynthia est actuellement étudiante à la maîtrise en bioéthique. La convergence de ses intérêts pour la recherche et les études du handicap l’a conduite à s’interroger sur le Programme québécois de dépistage prénatal de la trisomie 21. Sous la direction de Vardit Ravitsky, elle désire mettre en lumière les enjeux éthiques entourant les expériences vécues, dans le cadre du système de santé québécois, de parents ayant décidé de poursuivre la grossesse après un diagnostic positif d’une trisomie 21 chez leur enfant à naître.

L’exécutif de l’AÉBiUM 2016-2017

LES DÉRIVES DE LA PRIVATISATION DU SYSTÈME DE SANTÉ QUÉBÉCOIS

Nous vous offrons en primeur la vidéo de l’extraordinaire allocution sur les dérives de la privatisation du système de santé québécois présentée par Me Jean-Pierre Ménard.

Une invitation du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles. http://ccpsc.qc.ca/fr/comiteluttesante

Vidéo captée samedi le 17 septembre 2016 au Centre culturel George-Vanier à Montréal.

LES DÉRIVES DE LA PRIVATISATION DU SYSTÈME DE SANTÉ QUÉBÉCOIS

Les vidéos des tables rondes

En mars 2016, deux tables rondes ont été organisées lors desquelles sept auteurs(es) qui ont participé à la rédaction du livre « Enjeux éthiques de la limite des ressources en santé » ont présenté une allocution précisant leur contribution à l’oeuvre.

Vous pouvez consulter le site web du Colloque bioéthique 2013 à https://colloquebioethique.wordpress.com/

Voici les vidéos captées lors de ces deux événements :

Table ronde au café l’Artère, le 11 mars 2016

Jocelyne Saint-Arnaud
Fernand Turcotte
Ghislaine Cleret de Langavant
André-Pierre Contandriopoulos
La période de questions

Table ronde à la Librairie Olivieri, le 16 mars 2016

Jocelyne Saint-Arnaud
Marjolaine Frenette
Joanne Castonguay
Lise Lamothe
Période de questions
Les vidéos des tables rondes

Lettre ouverte

Préserver le Commissaire à la santé et au bien-être comme instance indépendante du Ministère de la Santé

1160547-lors-budget-annonce-jeudi-dernier
PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES PC

Dans son budget le plus récent (2016-2017), le gouvernement du Québec a décidé d’abolir le Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE) sans faire appel à un débat public. Quelle est la raison officielle? Dans le contexte actuel particulièrement difficile, le budget de 2,5 millions de dollars de l’Organisme a été jugé comme une dépense non nécessaire. En outre, le gouvernement a soutenu que le mandat assumé par le CSBE pourrait être effectué par le Ministère de la Santé et des Services sociaux et l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS).

Créé en 2006 par le ministre de la Santé et l’actuel premier ministre Philippe Couillard, le CSBE se veut une organisation indépendante du Ministère de la Santé et vise à « apporter un éclairage pertinent au débat public et à la prise de décision gouvernementale dans le but de contribuer à l’amélioration de l’état de santé et du bien‑être des Québécoises et Québécois. » Plus spécifiquement, le CSBE possède quatre objectifs visant à promouvoir un engagement démocratique pour ainsi contribuer à ce que les décisions du gouvernement soient prises dans l’intérêt du public : apprécier, consulter, informer et recommander.

Ces quatre objectifs étaient poursuivis par le travail d’une équipe restreinte engagée dans la conduite de recherches rigoureuses fondées à la fois sur des analyses d’experts provenant de différents milieux et sur la participation publique et citoyenne. Durant ses 10 années d’existence, le CSBE a produit un nombre important de rapports évaluant certaines politiques ou encore la performance du système de santé du Québec. Les sujets abordés dans ces rapports sont d’une importance majeure pour la population québécoise, traitant notamment de la procréation assistée, du coût des médicaments, de la qualité des soins primaires ou de la prise en charge des personnes âgées. Récemment, le CSBE a initié l’élaboration d’un rapport tout aussi pertinent, portant sur le système de rémunération des médecins, qui mériterait une analyse indépendante difficilement réalisable ailleurs.

Malgré la pression populaire qui a été exercée dans les grands médias et les médias sociaux, le gouvernement ne semble toujours pas vouloir revenir sur sa décision, ce qui laisse place à d’importantes inquiétudes quant à l’avenir du système de santé au Québec. Dans un contexte où le système de santé québécois subit d’importantes transformations structurelles et évolue dans un climat économiquement difficile, il est aberrant de constater que le gouvernement juge le travail du Commissaire inutile. Qu’en est-il des valeurs de transparence et de responsabilité prônées dans une démocratie comme la nôtre?

Ainsi, constatant :

  • l’importance de la neutralité et de la transparence qui caractérisent le CSBE et de la nécessité d’une institution intégralement indépendante du système politique;
  • le travail considérable et pertinent réalisé par le Commissaire;
  • la place importante qu’accorde le Commissaire à la participation citoyenne;

à l’image même des processus du CSBE, nous en appelons à une participation citoyenne dans le débat afin que la voix de la population et l’indépendance ne disparaissent pas au sein de notre système de santé. Nous vous invitons donc à joindre votre voix à la nôtre et à signer la pétition récemment lancée contre cette abolition non fondée et qui exige le rétablissement du Commissaire à la santé et au bien-être, démontrant ainsi que la neutralité et la transparence sont des valeurs importantes dans notre société.

Pétition : https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-5947/index.html

Signée par les étudiants et diplômés en bioéthique de l’Université de Montréal :

Aliya Affdal (MSc, candidate au doctorat)

Julie Allard (MSc, candidate au doctorat)

Jean-Christophe Bélisle Pipon (MA, candidat au doctorat)

Victoria Doudenkova (MA, étudiante au doctorat)

Dimitri Dubé Marquis (MSc, diplômé en bioéthique)

Charles Dupras (MSc, candidat au doctorat)

Hazar Haidar, (MA, candidate au doctorat)

Maude Laliberté (MSc, candidate au doctorat)

Marie-Ève Lemoine (MA, étudiante au doctorat)

Charles Marsan (DMV, candidat au doctorat)

William Néron (BA, étudiant à la maîtrise)

Sarah-Émilie Racine-Hamel (MD, étudiante au microprogramme)

Marie-Christine Roy (BSc, étudiante à la maîtrise)

Nathalie Voarino (MA, étudiante au doctorat)

Vardit Ravitsky (PhD, professeure agrégée)

Lettre ouverte – AEBiUM

 

Lettre ouverte

3e COLLOQUE ANNUEL DE L’AÉBIUM

téléchargement

Chers passionnés et passionnées de bioéthique,

Le comité organisateur des activités scientifiques de l’AÉBiUM a le plaisir de vous inviter à participer au 3e Colloque annuel qui aura lieu mardi le 5 avril prochain à partir de 13 h dans la salle 3171-1 du Pavillon 7101 av. du Parc à Montréal.

Une invitée d’honneur

de-Langavant

Ghislaine Cleret de Langavant (commissaire adjointe à l’éthique et à l’appréciation au bureau du Commissaire à la santé et au bien-être).

« La place de l’éthique et de la participation citoyenne dans la décision politique en santé : ici pour rester »

Sept conférences (10 minutes)

  • Jean-Christophe Bélisle-Pipon:

« Dating Patients : Une zone grise tacitement permise aux compagnies pharmaceutiques? »

  • Patrick Gogognon:

« Les enjeux éthiques de la gouvernance implicite de la recherche en santé des populations dans les pays du sud. Une étude exploratoire au Bénin et en Côte d’Ivoire »

  • Hazar Haidar:

« L’autonomie reproductive et la prise de décision autour du Test Prénatal Non Invasif (TPNI): perspectives des couples et des femmes enceintes du Québec et du Liban »

  • Caroline Kilsdonk:

« Les inégalités entre hommes et femmes dans les statistiques sociales et l’emploi : doit-on s’en préoccuper? »

  • Tierry Morel-Laforce:

« Le refus de traitement en procréation assistée – un aperçu de la littérature »

  • William Néron:

« L’interruption de grossesse et la question du foeticide : quelle pertinence pour le critère de la viabilité fœtale? »

  • Nathalie Voarino:

« Stimulations cérébrales : les risques de la neuroamélioration à la lueur du concept de double-usage »

Trois expériences de stages (10 minutes)

  • William Néron

« L’éthique de la recherche : au-delà du respect des normes »

  • Natacha Besançon

« Aventures d’une apprentie clinicienne »

  • Guylaine Martin

« Le stage pour vivre le complexe »

Un pecha kucha (6 min 40 sec)

  • Charles Marsan

« Historique de la notion de conflit d’intérêts en recherche »

 

Vous pouvez consulter les résumés des conférences :

https://aebium.wordpress.com/resumes-du-colloque-2016/

Et le programme de la journée :

https://aebium.wordpress.com/programme/

 

Suite au colloque, tous seront conviés à un 5 à 7 dans l’Agora.

 

Veuillez réserver votre place en vous inscrivant via ce lien.

 

Le comité organisateur des activités scientifiques

Association Étudiante en Bioéthique de l’Université de Montréal

 

 

3e COLLOQUE ANNUEL DE L’AÉBIUM